Sur son site web Désirs d'avenir, Ségolène Royal s'est prononcée samedi dernier en faveur de la licence globale forfaitaire. Je cite :

Il nous faut sortir du modèle économique unique, et le rôle de l’Etat est de conforter la coexistence entre plusieurs modes de rémunération et de financement :

  • Les revenus directs, la vente de fichiers se substituant progressivement à la vente de CD
  • Les revenus indirects : les intermédiaires (webradios, plates-formes de P2P) reverseraient une partie de leur chiffre d’affaires aux titulaires de droits en contrepartie du droit d’exploiter commercialement les œuvres. Il faudra, pour cela, inciter les titulaires de droits à licencier leurs catalogues, selon des modalités compatibles avec l’économie de nouveaux entrants et sans les assortir de DRM qui réduisent l’utilité pour les utilisateurs.
  • Des revenus « mutualisés », qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée, ou de la création, pour les échanges gratuits entre personnes, d’un système de licence globale forfaitaire.

Je sombrerais bien dans le "ségolisme" à tout crin si je n'avais pas la mémoire tenace :

  1. Ségolène n'est pas intervenue pendant le débat à l'Assemblée Nationale
  2. Elle se prononce un peu tardivement alors que le débat fait rage depuis le mois de décembre 2005

Mais ne gâchons pas le plaisir : c'est enfin une personnalité politique de premier plan, potentielle présidentiable, qui se prononce pour la licence globale. Bravo Ségolène !